Les cookies est un petit fichier texte installé votre ordinateur par le site, et qui permet de vous reconnaitre à votre prochaine visite.

Le site du concasseur

show01Cette partie du site traite du lieu d'implantation géographique du concasseur, de son historique, des défenses de plage et de celles propres au camp, etc.

Lire la suite...

Documentation

show96Les archives et tout les fichiers téléchargeables, les plans et les profils, courriers et croquis d'époque ainsi que les articles de presse parus sur le sujet.

Lire la suite...

Histoires locales

show22

Extraits de livres ou de documents. Vidéos et articles de presse. Cette section du site regroupe les interviews et les témoins de cette époque.

Lire la suite...

Les voies ferrées

show44Cette section du site traite de l'historique des lignes TODT et des deux voies ferrées du secteur : l'embranchement de Tréguennec et le faisceau de Tréméoc,

Lire la suite...

Déchets de guerre

A l'occasion de l'anniversaire du D-Days le site Robin des bois a fait paraître en juin 2014, un article concernant les déchets de guerre en France, leur nombre, leur localisation et surtout leur dangerosité toujours présente malgré bientôt 80 années d'enfouissement. voici l'extrait concernant le secteur du Finistère.

600.000 tonnes de bombes ont été larguées sur 1.700 communes françaises entre juin 1940 et mai 1945. La plupart étaient des villes. 15% des bombes n’ont pas explosé mais elles ont pénétré pour la majorité jusqu’à 4 m de profondeur dans les sols et les sédiments, jusqu’à 6 m pour 20% d’entre elles, 7 m pour 10% et 9 m pour 1%. La profondeur dépend du poids de la bombe, de l’altitude du largage, du hasard et du substrat géologique. Ce sont les déchets de guerre.

Les risques physiques sont violents. Les vieilles munitions se réveillent sur le domaine public ou privé, mutilent et tuent si elles ne sont pas manipulées par les hommes de l’art que sont les démineurs de la Sécurité civile. Après 70 ou 100 ans de vibrations, de dilatation, de déformation des horlogeries internes, elles sont en capacité d’exploser. Pas touche pour les profanes et il n’y a pas d’autres initiés que les démineurs.

Les munitions sont des déchets toxiques en voie d’altération et de corrosion. Elles relarguent dans l’environnement des substances toxiques. Les obus invisibles sont aussi des bombes environnementales et sanitaires à retardement. Les explosifs initiateurs sont au mercure et au plomb. Les explosifs secondaires libèrent des composés toxiques et solubles, interdits au dessus de certains seuils dans l’eau alimentaire. Les balles sont durcies à l’arsenic et à l’antimoine. Des recherches systématiques devraient être entreprises dans les nappes phréatiques au droit des sols bombardés, des sites de regroupement et de destruction des munitions. La laisse de guerre est anxiogène, mutagène, cancérogène et reprotoxique.

Lorsqu’ils sont jugés intransportables, les déchets de guerre sont détruits sur place sans étude d’impacts de la pollution des sols et de la pollution atmosphérique. Après la neutralisation sur place des systèmes de déclenchement par les démineurs, les bombes avec leurs charges explosives de plusieurs dizaines de kilos sont transportées par la route vers les camps militaires de destruction. Les bombes découvertes en Normandie sont acheminées vers le camp militaire de Suippes distant de 500 km. Accident de la route interdit.

Les décharges sous-marines de munitions sont hors de tout contrôle. Certaines d’entre elles très peu profondes laissent échapper des munitions qui sous l’effet de la tempête et des fortes marées se retrouvent à la côte. Le pétardement en mer des bombes, des mines et des obus est dangereux pour la vie marine, les effets de souffle et les effets acoustiques tuent, mutilent, désorientent les mammifères marins et les poissons. Une instruction de septembre 2010 relative à la sécurité des chantiers de pétardement sous-marin impose « autant que faire se peut » des dispositions spécifiques pour protéger la vie animale. Selon cette instruction, les explosions volontaires sont à éviter dans les eaux poissonneuses, dans les couloirs des espèces migratoires et au-dessus des fonds marins à forte biodiversité.

Source : Robin des Bois. Article complet sur le site de l'auteur en cliquant ici

A lire ...

La Préfecture maritime de l'Atlantique a réalisé le déminage d'engins explosifs datant de la Seconde Guerre mondiale sur le littoral de la commune de Tréguennec au niveau de la plage de Kermabec, entre le mardi 6 juin 8h et le vendredi 9 juin 12h

La navigation, le mouillage et l'échouage de tout navire ou engin immatriculé, ainsi que toute activité nautique ou subaquatique ont été interdites dans la zone réglementée. Le quotidien le télégramme souligne également que la plage de Kermabec ainsi que l'usine de concassage de galets ont été strictement interdites au public..."

Voir l'arrêté de la préfectue maritime (PDF)

Lire la suite...

Téléchargement

show5Cette page regroupe les gros fichiers du site, entre quelques Mo et quelques centaines de Mo. Il s'agit de plans complets, de profils en long des voies ferrées etc. 

Voir la page...

Liens web

Liens webForums, blogs sites internet découverts aux fils de la toile, vous trouverez ici de quoi satisfaire votre curiosité, et de quoi laisser votre adresse si vous le désirez.

voir la page...

Contact

show02Contact et info légales sur cette pages. en théorie toutes les personnes ayant participé de près ou de loin à un article reproduit devraient y être. 

Voir la page...