Les cookies est un petit fichier texte installé votre ordinateur par le site, et qui permet de vous reconnaitre à votre prochaine visite.

Le site du concasseur

show01Cette partie du site traite du lieu d'implantation géographique du concasseur, de son historique, des défenses de plage et de celles propres au camp, etc.

Lire la suite...

Documentation

show96Les archives et tout les fichiers téléchargeables, les plans et les profils, courriers et croquis d'époque ainsi que les articles de presse parus sur le sujet.

Lire la suite...

Histoires locales

show22

Extraits de livres ou de documents. Vidéos et articles de presse. Cette section du site regroupe les interviews et les témoins de cette époque.

Lire la suite...

Les voies ferrées

show44Cette section du site traite de l'historique des lignes TODT et des deux voies ferrées du secteur : l'embranchement de Tréguennec et le faisceau de Tréméoc,

Lire la suite...

Rhinolophes grand modèle

Tréguennec. Sous le concasseur, les rhinolophes.
C'est sous ce titre que le quotidien "le Télégramme" publie un article consacré au grand rhinolophe, cette espèce de chauve-souris qui aime à se réfugier dans les galeries du concasseur pour hiverner. 

Rhinolophe1Le grand rhinolophe est une espèce de chauve-souris rare et menacée. Il aime hiverner dans des endroits calmes, frais et humides. Comme les galeries de l'ancienne usine de galets de Tréguennec. Plongée dans les profondeurs du concasseur, avec l'équipe chargée de les compter.
Le mur de casemate du concasseur de galets de Tréguennec se dresse, monumental et impassible, face au vent et à la pluie qui lui battent les flancs. Devant lui, le cordon dunaire a tout d'une île, pris au piège entre la prairie inondée et la mer déchaînée. Hier matin, au pied de l'édifice long de 150 m construit par les nazis en 1942 (Le Télégramme du 26 septembre 2016) pour trier les galets et protéger le concasseur situé juste derrière, une petite équipe s'affaire. « Nous allons pénétrer dans les galeries souterraines pour effectuer un comptage des grands rhinolophes », annonce Benjamin Buisson, responsable des espaces naturels à la CCPBS. Grands rhinolophes ? « C'est une espèce de chauves souris rare et très menacée. Une des plus grandes de Bretagne avec une envergure de 40 cm et une masse de 30 grammes », précise Josselin Boireau, salarié du Groupement mammalogique breton (GMB), association d'étude et de protection des mammifères sauvages, basée à Sizun.

Deux comptages par an

Rhinolophe2Tous les ans, un comptage national est effectué. En Bretagne, c'est le GMB qui s'en charge. « Nous allons visiter 250 sites : blockhaus, caves de château et tous les lieux connus pour abriter des spécimens en hivernage », poursuit le salarié du GMB. Un grand rhinolophe qui se plaît bien dans la région : sur 40.000 individus dénombrés en France, 7.000 à 8.000 se trouvent en Bretagne dont 4.000 dans le Finistère. « Nous comptons les grands rhinolophes deux fois par an. En été pour la reproduction, puis quand ils hivernent », explique Josselin Boireau. De septembre à mars, les chauves-souris se rassemblent pour dormir dans des endroits calmes, sombres, frais et humides. « La température de 10ºC doit être constante et l'endroit suffisamment humide pour que leur peau ne s'assèche pas », poursuit le membre du GMB. Des caractéristiques réunies dans les galeries souterraines du concasseur. Au pied du mur, une grille barre l'accès au souterrain. « Elle laisse passer les chiroptères (chauves-souris, NDLR) et empêche les gens de venir les déranger », indique Benjamin Buisson. La grille ouverte, chacun s'engouffre la tête la première, allongé sur le ventre, par l'étroite ouverture dans le béton armé.

Ne pas déranger

Rhinolophe3À l'intérieur, les agents de la CCPBS et membres du GMB progressent, de l'eau jusqu'au mollet, une lampe torche à la main. Sur les murs, des graffitis témoignent d'une présence humaine pas si lointaine. Soudain, dans un renfoncement, deux formes noires se détachent, pendues aux armatures rouillées qui sortent du plafond. « Elles sont vraiment collées l'une à l'autre, entourées par leurs ailes, comme dans un cocon », chuchote Josselin Boireau. « Se rassembler leur permet d'avoir une inertie thermique, de limiter les variations de températures ». Après une bonne demi-heure sous terre, le bilan du comptage est maigre : cinq individus ont été recensés contre 31 l'année dernière. « C'est logique, quand les hivers sont doux, elles peuvent rester dans des hangars par exemple, sans forcément se regrouper », conclut le salarié du GMB. Depuis le début des comptages, il y a 20 ans, la population bretonne du grand rhinolophe aurait augmenté de 3,5 %. Un revirement important pour une espèce dont les effectifs auraient diminué de 90 % depuis les années 50, de par l'utilisation d'insecticides, la destruction des haies et des talus où le dérangement causé par l'homme dans les gîtes d'hibernation et de reproduction. D'où l'importance de les laisser tranquilles.

En savoir plus : L'article complet et la vidéo sur le site du quotidien le Télégramme

A lire ...

Le site du Likès dispose d'un dossier complet relatif à la vie de l'école sous l'occupation, depuis l'arrivée des Allemands jusqu'au départ de ceux-ci et aux démolitions des bunkers construits sur le site pendant cette période. Ci-dessous un extrait du témoignage du Frère Jean-Louis Kerouanton. Après le départ des Allemands, les frères démolissent eux-mêmes les bunkers du site :
Nous avons démoli, en un mois de vacances, l’immense blockhaus qui était près de la cour Sacré Cœur. Le Frère Flochlay achetait la poudre par 50 kilos, un peu comme
du pain à la boulangerie. Le maître d’œuvre était le Frère Alano, un ancien artilleur, qui s’y connaissait. On faisait sauter le blockhaus étage par étage. L’édifice résistait parce qu’il était construit avec des rails croisés et liés par du ciment. La compagnie des «Chemins de fer» a créé quelques problèmes à l’école parce qu’en dynamitant, des cailloux sont tombés sur le poste d’aiguillage en bas du tunnel. Pour contenir les éclats, on disposait des fagots sur le blockhaus, mais c’était insuffisant. C’était très artisanal et évidemment très dangereux. Tous les jeunes Frères qui étaient là ont participé à la démolition, complètement insouciants du danger parce que nous étions jeunes à l’époque. La base est restée en place. Elle a été comblée.»

Témoignage du Frère Jean-Louis Kerouanton

Pour en savoir plus : http://www.likes.org/DOSSIER-GUERRE-1939-1945

Téléchargement

show5Cette page regroupe les gros fichiers du site, entre quelques Mo et quelques centaines de Mo. Il s'agit de plans complets, de profils en long des voies ferrées etc. 

Voir la page...

Liens web

Liens webForums, blogs sites internet découverts aux fils de la toile, vous trouverez ici de quoi satisfaire votre curiosité, et de quoi laisser votre adresse si vous le désirez.

voir la page...

Contact

show02Contact et info légales sur cette pages. en théorie toutes les personnes ayant participé de près ou de loin à un article reproduit devraient y être. 

Voir la page...