Les cookies est un petit fichier texte installé votre ordinateur par le site, et qui permet de vous reconnaitre à votre prochaine visite.

Le site du concasseur

show01Cette partie du site traite du lieu d'implantation géographique du concasseur, de son historique, des défenses de plage et de celles propres au camp, etc.

Lire la suite...

Documentation

show96Les archives et tout les fichiers téléchargeables, les plans et les profils, courriers et croquis d'époque ainsi que les articles de presse parus sur le sujet.

Lire la suite...

Histoires locales

show22

Extraits de livres ou de documents. Vidéos et articles de presse. Cette section du site regroupe les interviews et les témoins de cette époque.

Lire la suite...

Les voies ferrées

show44Cette section du site traite de l'historique des lignes TODT et des deux voies ferrées du secteur : l'embranchement de Tréguennec et le faisceau de Tréméoc,

Lire la suite...

Le mur casemate

wagon03miniLe mur-casemate est à la fois un mur de protection contre les tirs venant de la mer et un quai de chargement des trains en partance pour la gare de Pont -l'Abbé. Le haut de ce mur est accessible par une longue rampe cheminant en pente douce vers de la dune de galets sur la plage. Pour le visiteur actuel, le prolongement de cette déclivité mène directement à la mer, mais en 1940, ce n'était pas le cas : les vagues de la baie d'Audierne, venaient mourir à marée haute contre la dune de galets de la plage. Il s'agit de la seconde rampe créée par l'Occupant, la première était située plus au Nord, vers l'exutoire de l'étang de Trunvel et aboutissait au niveau de la voie communale menant à la plage. Cette première rampe dont il ne reste que peu de traces actuellement, a été partiellement exploitée comme matériaux de construction à la fin de la guerre, puis l'affaissement de la dune de galets et le recul du trait de côte ont eu raison d'elle.

A l'extrémité de la seconde rampe faite d'un remblai sable-galets, à 8 m de hauteur environ, débute l’étroit quai de chargement des galets. Ce quai est une imposante muraille de béton, haute de 10 m et longue de 180 m. Son épaisseur est de 2 m environ. A sa base Nord est accolée une longue galerie bétonnée desservant deux tunnels débouchant côté plage dans deux blockhaus VF 4b à large créneau pour mitrailleuses dirigées vers la mer. L’extrémité Nord-Est (côté silos) du tunnel principal s’achève dans un gros blockhaus VF 4b spécial, pour deux mitrailleuses, lui-même flanqué d'un 58c (Tobrouk).

Ces galeries, accessibles à partir de deux ouvertures situées près du chantier, peuvent également servir d’abri anti-aérien. A noter que l'intérieur ne fut jamais terminé : les portes blindées, destinées à être installées dans ces souterrains, n'arrivèrent jamais jusqu'au camp et furent retrouvées après-guerre sur le site du faisceau de Pen-Enez près de Pont l'Abbé. L’extrémité sud du mur, proche de l'entrée du camp, s’achève par un blockhaus-garage R 672 pour canon.

La première rampe...

A l'origine du camp, il n'y a ni mur ni silos, ni d'ailleurs de concasseurs, et le lieu de chargement se trouve ailleurs : A quelques centaines de mètres vers au Nord, entre la voie communale et l'exutoire de Trunvel, dont le chantier est arrêté depuis le début de la guerre. L'accès à ce chantier va être réaménagé et une rampe permettra aux camions d'accéder directement au lieu de chargement des galets.

Mais le climat local va ruiner cet accès dès le premier hiver. Les tempêtes successives, l'eau de ruissellement qui se retrouve piégée derrière les dunes de galets et forment d'immenses lagunes, ont vite raison de cette première rampe, obligeant régulièrement à de nombreuses et vaines réparations. Les Allemands se rendent vite compte que rien ne fonctionne comme prévu, que les rendements sont trop faibles, les routes inadaptées et les moyens mis en place insuffisants au regard de la demande. Il faut donc faire plus grand, plus lourd et surtout plus en arrière de la dune de  galets, dans un endroit moins humide.

La seconde rampe...

Le choix se porte donc la seconde voie communale, celle qui mène à la carrière de Prat-ar-Hastel. Plus éloigné de la côte, mieux protégé, c'est là que va se monter le camp Todt. A l'origine en juin 42, pas de concasseur, mais une simple voie étroite, mise en place manuellement et déplacée régulièrement, courre sur la dune de galets. A l'extrémité de cette voie étroite, sur la plage, se trouve le chantier de chargement : un bulldozer Caterpillar entasse les galets devant une pelleteuse qui charge un train de wagonnets. Une fois chargé, ce convoi tiré par une petite locomotive Decauville appartenant l'entreprise Theg et réquisitionnée par l'occupant, chemine vers l'intérieur des terres, remonte la pente douce située entre la dune de galets et le mur casemate et s'arrête à l'extrémité. Les wagonnets sont basculés les uns après les autres, manuellement : Les petits galets tombent directement dans les wagons en attente juste dessous. Les plus gros galets sont repris et seront stockés jusqu'à l'installation des concasseurs.

Voici une photo mise en ligne par la bibliothèque municipale de Lyon. Il s'agit d'un cliché non datée, sur plaque de verre, étrangement similaire : Il s'agit de l'exploitation d'une carrière de granulat. (http://numelyo.bm-lyon.fr/). Le système d'exploitation est exactement le même que celui mis en place par les Allemands à Tréguennec, et les matériels utilisés sont identiques. Une exception toutefois, les concasseurs travaillant directement en sortie du matériaux brut, il n'y a donc pas lieu d'avoir des trémies le long du mur, afin de séparer les petits et les gros galets, comme ce fut le cas à Tréguennec. On trouve donc le même schéma à savoir (numéroté de 1 à 5 sur la photo) : 

  1. En arrière-plan, le bloc concasseur(s) et silos, recouvert de protection en bois ;
  2. Les wagons en attente de chargement ;
  3. Le mur servant de quai de déchargement ;
  4. Le train de wagonnets, dont les deux premiers sont en cours de vidage ;
  5. La petite locomotive Decauville sur voie étroite.

Cliquez sur l'image ci-dessous pour l'agrandir.

droits Creative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification. localisation Bibliothèque municipale de Lyon / P0546 S 1536 technique 1 photographie négative sur verre : noir et blanc ; 18 x 24 cm

Les 3 schémas ci-dessous expliquent la manoeuvre complète. En cliquant sur chaque vignette, vous pouvez télécharger le pdf correspondant.

 

Dimensions et masse du mur casemate

Cette construction en béton armée est composée de 3 éléments distincts nettement visibles sur le terrain. Les mesures ci-dessous sont prises hors sol actuel, ne retenant pas, de fait, un éventuel enfoncement de l'ouvrage et les fondations :

1 - A l'ouest, un triangle de 13 metres de base et de 8,25m de hauteur. Volume 135 m³.
En fonctionnement cet élément était recouvert d'un escalier bois, permettant d'accéder à l'extremité du mur.

Murcasemate mesures

2 - Au centre, l'élément principal servant de quai de déchargement. Les mesures prises récemment donnent les valeurs suivantes : 

- hauteur hors sol : 8,25m
- largeur au point haut : 1,80m
- longueur : 122m 
- pente côté concasseurs : 12,66 cm/m
- pente côté mer : néant
- volume : 2340 m³

3 - A l'est, un second triangle de 60m de base et de 8,25m de haut, descendant en pente douce vers le bunker d'extrémité. Volume 620 m³

Recul du trait de côte

L'image ci dessous, extraite du site GéoBretagne, propose côte à côte une vue aérienne de 1950 en noir et blanc, et une vue actuelle en couleur. On y voit nettement la rampe ayant servi aux premiers chargements de galets. Le cercle jaune, strictement à la même position sur chaque vue, désigne la position du canon. Initialement construit au ras de l'eau sur la dune de galets, ce point d'appui se trouve actuellement dans la mer et permettre d'évaluer exactement l’érosion du trait de cote, du fait de la disparition complète de l'Ero Vili. Cette première rampe de chargement démarrait de la route existante (actuellement le parking) et partait droit vers l'exutoire de Trunvel. Remarquez également, de part et d'autre de la rampe, les curieux cercles en formes d'entonnoirs...


Vous trouverez ci-dessous quelques survols permettant d'appréhender le site dans son ensemble :

wwii passion, datée du 15 avr. 2017, durée 5:00 
Dominique Mesgouez, datée du 10 octobre 2013, durée 3:05
Pierre Coroller, datée de novembre 2016, quelques secondes de vol au dessus du site (A partir de 2:50)

 

A lire ...

Le 6 décembre 41, la Direction des Chemin de fer allemand de Rennes explique que l' Organisation Todt à l'intention de transformer la ligne à voie étroite de Pont-l'Abbé à Plonéour en une ligne à voie normale et d'utiliser à titre de prêt les matériaux récupérés de la voie étroite. Touts ces matériaux, affirme l'UAB de Rennes, seraient rendus ultérieurement et les terrains utilisés pour la ligne à voie normal remis en ordre. Puis à nouveau le 6 mai 42, l'UAB réitère son courrier en insistant sur le fait que ce matériel ne peut être vendu sans l'autorisation de la Direction de la Circulation de l'Armée allemande à Paris (wehrmachtsverkehhrsdirektion) ni à l' Organisation Todt, ni à un tiers quelconque.

Lire la suite...

Téléchargement

show5Cette page regroupe les gros fichiers du site, entre quelques Mo et quelques centaines de Mo. Il s'agit de plans complets, de profils en long des voies ferrées etc. 

Voir la page...

Liens web

Liens webForums, blogs sites internet découverts aux fils de la toile, vous trouverez ici de quoi satisfaire votre curiosité, et de quoi laisser votre adresse si vous le désirez.

voir la page...

Contact

show02Contact et info légales sur cette pages. en théorie toutes les personnes ayant participé de près ou de loin à un article reproduit devraient y être. 

Voir la page...